COMMÉMORATION DU CHARNIER DE SIGNES AU VALLON DES MARTYRS

[DIMANCHE 18 JUILLET 2021 À 18H]

Madame le Maire de Signes Hélène Verduyn et le conseil municipal de Signes accueilleront ce dimanche au Vallon des Martyrs (Nécropole Nationale depuis 1996) les représentants de l’état, les élus, les représentants des associations d’anciens combattants ainsi que la population à un rassemblement en hommage aux martyrs du Charnier Signes.

Rendez-vous à la Nécropole de Signes à 18h00. Merci de noter que le masque reste obligatoire dans le cadre d’un rassemblement en extérieur.

14 Juillet 2021 – Discours Hélène VERDUYN Maire de Signes

Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs les représentants des corps constitués,
Mesdames et Messieurs, mes chers concitoyens,

Merci de vous être rassemblés aussi nombreux pour commémorer notre fête nationale !

Nous tous, réunis ici, représentons notre commune soudée autour des valeurs de la République pour célébrer le 14 juillet.

Célébrer le 14 juillet, c’est se souvenir d’un des moments les plus importants de notre histoire, ce jour de 1789 où, prenant la Bastille, le peuple se libère de la monarchie et devient acteur de son destin politique.

Ces femmes et ces hommes, réunis en une foule compacte, à Paris, sont animés par les aspirations des Lumières, par Diderot, Voltaire, Rousseau et les autres qui les ont portés vers leur destin.

Les parisiens vont enclencher un processus qui, en 40 jours, va radicalement transformer la France.

En 1880, le 14 Juillet est proclamé Fête Nationale.

Célébrer le 14 juillet c’est mettre à l’honneur la République, notre République, avec ses valeurs portées par la Révolution française, ensuite devenues celles de notre nation toute entière.

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la liberté de la presse, la liberté d’association, l’instruction laïque, gratuite et obligatoire, la séparation des Églises et de l’État, la liberté syndicale, le suffrage universel… tous ces principes découlent de l’acte révolutionnaire fondateur que représente symboliquement la prise de la Bastille. Ils donnent corps au pacte républicain.

Ce pacte nous est aussi précieux que l’air que nous respirons. La République est comme l’air que nous respirons : Indispensable. Elle vaut que l’on se batte au quotidien pour la préserver, l’enrichir et la conforter.

La République c’est l’exigence de l’égalité, de la laïcité, et donc du respect des différences dans un cadre commun, fait de valeurs, de lois et de règles d’éthiques.

Nous avons tous, élus comme citoyens, un devoir de vigilance et de responsabilité pour défendre ce cadre commun et promouvoir ce qui nous unit, plus que ce qui nous divise.

Notre présence, ici et maintenant, est l’expression de notre volonté respectueuse de reconnaissance, car la Liberté se conquiert, certes, mais elle se préserve tout autant et chacun des noms inscrits sur cette pierre nous rappelle combien elle est fragile.

Restons ouverts au monde et à ceux qui le composent, et toujours conscients des principes fondateurs de notre République.

Au nom de tous les morts, qui depuis le 14 juillet 1789, sont tombés pour que vive notre pays dans la liberté, je vous invite à observer une minute de silence. Merci

CÉRÉMONIE HOMMAGE DU 8 MAI

Conformément aux règles en rigueur, la cérémonie de commémoration de la victoire du 8 mai 1945 s’est tenue en effectif réduit, limité à six personnes. Une gerbe a été déposée devant le monument aux morts.

Pour mémoire, le 8 mai 1945, fut signé à Berlin l’acte solennel de la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie qui mettait fin à la seconde guerre mondiale. La célébration du 8 mai 1945 rend hommage aux combattants héroïques, aux victimes de guerre et à tous ceux qui ont risqué ou sacrifié leur vie pour que nous recouvrions notre liberté.

Journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation

Message de Madame Geneviève Darrieussecq,
secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées pour
la Journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros
de la DéportationDimanche 25 avril 2021

76 ans après le retour des derniers déportés libérés, le souvenir de la déportation demeure dans notre mémoire collective et ne doit pas s’effacer.

Ce que furent les camps d’extermination et de concentration nazis et l’horreur vécue par les millions d’êtres humains qui en furent victimes, n’est pas une simple page documentaire de l’histoire du XXe siècle. L’humanité y a été atteinte dans ce qu’elle a de plus sacré.

Des êtres humains étaient catégorisés en surhommes et sous-hommes, leurs vies jugées « dignes ou indignes d’être vécues » sur décision d’un État qui avait érigé en programme politique sa conception raciste et eugéniste du monde et l’a portée à son paroxysme dans l’univers concentrationnaire.

Des hommes, des femmes et des enfants ont été envoyés dans des centres d’extermination ou dans des camps de mort lente, par un système qui niait leur appartenance à l’espèce humaine et s’employait à leur faire perdre conscience de leur propre humanité.

Pourtant, dans les pires circonstances, beaucoup ont su résister à la terreur et à la déshumanisation par la force de l’esprit et la solidarité. Leur engagement et leur combat sont un exemple à suivre.

Il nous faut aujourd’hui encore résister à de nouvelles formes de fanatisme et de barbarie qui entendent promouvoir une vision raciste de l’humanité et détruire la liberté et la démocratie par la terreur.

De nouvelles menaces nous rappellent la communauté de destin qui unit l’humanité au-delà des différences culturelles, ethniques ou religieuses et des antagonismes idéologiques, politiques ou économiques.

Face à ces périls, l’espoir réside dans l’engagement de tous et en particulier des jeunes générations, à l’exemple des déportés, au service de la liberté et vers des formes nouvelles de résistance et de solidarité.

À tous les déportés, victimes des génocides ou de la répression, nous rendons aujourd’hui un hommage solennel, et nous saluons respectueusement leur mémoire.

Ce message a été rédigé conjointement par La Fédération Nationale des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP), La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) et les Associations de mémoire des camps nazis, L’Union Nationale des Associations de Déportés Internés de la Résistance et Familles (UNADIF-FNDIR)

[VACCINOBUS]

Le Vaccinobus s’est aujourd’hui posé à Signes, afin de répondre à la demande des Signois.

Merci à Madame Rahou, responsable de la Maison de la région du Var à Toulon et à toute l’équipe composée d’une infirmière, un médecin et de bénévoles qui entourent ici notre Maire Hélène Verduyn et notre conseillère Dominique Gueho qui ont tout mis en œuvre pour que la journée se déroule du mieux possible.

Objectif atteint, le Vaccinobus repassera par chez nous le 19 mai pour les primo-vaccinés.

Ohhhhh ?? Mais que se passe-t-il à Signes ?

Au début du mois d’avril, la porte de la mairie a été remplacée par une nouvelle, certes efficace mais qui ne ressemble en rien à notre belle vielle porte…😟

Aujourd’hui, il est arrivé la même chose à la porte de la Chapelle St Jean… 😳

Mais où vont donc nos jolies portes ???

🙃 Et bien vous avez raison de vous poser la question… 🙃

Nos si belles portes avaient grand besoin d’être prises en main. Dans le cadre de la volonté de la municipalité de mettre en avant notre patrimoine, nos portes se font refaire une beauté. 🎶

La restauration des belles portes de Signes a donc débuté. Leur retour offrira un nouveau cachet à notre village.

Soyez attentif, elles vont revenir d’ici quelques semaines. 😉

La Lettre Info Covid n°54 du Préfet du Var 9 avril 2021

Zoom sur les activités sportives :Malgré les restrictions supplémentaires mises en place depuis le 3 avril afin de faire face à l’aggravation de la situation sanitaire, l’activité sportive demeure une nécessité pour le bien-être physique et psychique de chacun. C’est pourquoi elle demeure autorisée dans certaines conditions,mais reste strictement encadrée. Afin d’assurer la sécurité de tous,elle doit se dérouler dans le respect des protocoles suivants.”

La Lettre Infos Covid n°44 du Préfet du Var 5 mars 2021

Le mot du préfet

Comme le soulignait le Premier ministre lors de son point de situation jeudi 4 mars, nous sommes désormais lancés dans une «véritable course contre la montre» alors que sur le front sanitaire, la situation est toujours très tendue.La mobilisation des collectivités comme des personnels de santé et du SDIS va permettre, ce week-end, de faire fonctionner treize centres de vaccination pour les personnes de plus de 75 ans. Notre capacité à vacciner va encore accélérer: d’ici la fin du mois de mars les capacités de vaccination dans le département augmenteront de 50%. Avant que la vaccination n’entraîne des résultats tangibles, il nous faut rester vigilants et prudents.Le port du masque a été étendu à cinq nouvelles communes, les brocantes et braderies sont désormais interdites tout comme la consommation d’alcool sur la voie publique ou les livraisons à domicile après 22h. Les centres commerciaux de plus de 10 000 m² vont devoir fermer. Ce week-end, comme la semaine dernière, policiers et gendarmes seront mobilisés pour contrôler et faire respecter le couvre-feu, le port du masque, les mesures de distanciation…Parmi les mesures de précaution il convient de rappeler l’importance du dépistage et de l’isolement qui sont encore trop peu mis en œuvre. Dès la rentrée des classes, l’Éducation nationale va s’appuyer sur les tests salivaires pour tester les élèves les plus jeunes.Il revient à chacun d’entre nous, par son comportement, en évitant les déplacements non nécessaires et en limitant les interactions sociales, notamment dans la sphère privée,, de contribuer à lutter contre la diffusion du virus. Evence Richard, préfet du Var

Retrouvez la lettre complète en cliquant ICI